Hommage à Jean Ferrat : sur les traces du poète

Visite de la Maison Jean Ferrat à Antraigues. ©Joseph Marando/CCAS

Organisée, le 26 mai dernier par la SLVie Petite Camargue (CMCAS Languedoc), la sortie « Jean Ferrat » a conquis la soixante de participant.es. Entre spectacle insolite, halte gourmande et visite d’Antraigues-sur-Volan (Ardèche), havre de paix et de repos éternel du poète-chanteur-militant, la balade initiatique avait comme un goût de pèlerinage.

Une soixantaine de participants, tous et toutes passionnés de Jean Ferrat, ont répondu présents le 26 mai dernier pour rejoindre Antraigues, en Ardèche. Partis d’Aimargues, et après une halte à Nîmes puis à Alès, ils n’ont pas hésité à braver la pluie pour embarquer vers l’aventure. Avec beaucoup de conviction mais aussi une certaine excitation et curiosité pour tous ces férus de Ferrat.

Départ en bus d’Aimargues, via Nîmes et Alès, direction Antraigues. ©Joseph Marando/CCAS

Une affiche du poète dessinée par Ernest Pignon-Ernest. ©Joseph Marando/CCAS

Il l’a joué devant le chanteur en personne. C’était en 2004. Depuis, Jean-Marc Moutet le propose toute l’année au sein de sa ferme théâtre, à Lablachère. Son spectacle « Jean d’ici, Ferrat le cri », qui retrace l’homme libre et le militant, a ému aux larmes tou.tes les participant.es. Parmi eux, Jean-Pierre Durand, retraité de Gaz de France : « C’était superbe ! Pour moi, Jean Ferrat est l’homme qui a le mieux parlé de la liberté et de l’amour à travers ses textes. Entre parenthèse, j’ai d’ailleurs épousé une ardéchoise… »

Spectacle « Jean d’ici, Ferrat le cri » de Jean-Marc Moutet, suivi d’un repas à l’auberge de la Couronne de Lablachère. ©Joseph Marando/CCAS

Jean-Pierre Durand est sorti du spectacle « Jean d’ici, Ferrat Le cri » bouleversé. ©Joseph Marando/CCAS

Après le déjeuner, rien de tel qu’une balade digestive pour rejoindre Antraigues par les chemins de traverse… Au pied du village, personne n’a rechigné à la tâche, au milieu de ces paysages bucoliques, source d’inspiration certaine de Jean Ferrat. En se rapprochant du « graal », le dicton local « pour vivre heureux, vivons perchés » prend tout son sens.

Pour se rendre au village d’Antraigues il faut faire un petit effort à pied. ©Joseph Marando/CCAS

Antraigues-sur-Volane, village perché où vécu Jean Ferrat. ©Joseph Marando/CCAS

C’est au printemps 1964, grâce à son ami Jean Saussac, peintre et futur maire de la commune, que Jean Ferrat découvre le village d’Antraigues. Il est alors saisi par cette terre de caractère, rurale, qui lui inspirera l’un de ses plus grands succès : « la Montagne ». Il s’y installe définitivement en 1973. Chaque année, Antraigues organise un festival en son nom.

Maison Jean Ferrat, ouverte en mars 2013. ©Joseph Marando/CCAS

Ferrat disait « j’ai la chance de vivre dans une de ces vallées et je crois que j’y vivrais toujours ». Dans les ruelles pavées du village, « sa terre, son pays qui lui ressemble », selon Jean Saussac, les participants s’imprègnent peu à peu de ce joyau touristique sous la houlette de Laurence, guide de l’association Ardèche en tête.

Visite d’Antraigues commentée par la guide Laurence Accard de l’agence « Ardèche en tête », et visite de la « maison Jean Ferrat ». ©Joseph Marando/CCAS

Les participant.tes découvrent enfin la maison Jean Ferrat, trônant au centre du village, inaugurée en mars 2013 à l’initiative de sa femme Colette. A l’intérieur, photos, musiques, disques, livres, articles de presse, mais aussi courriers manuscrits, authentiques et revendicatifs de l’auteur à un certain Nicolas Sarkozy montrent les facettes multiples d’un homme engagé à tous points de vue. Conseiller municipal, il se battra notamment contre la désertification, l’exode des habitants, mais aussi pour la préservation de ce milieu naturel.

Visite de la Maison Jean Ferrat à Antraigues. ©Joseph Marando/CCAS

Visite de la Maison Jean Ferrat à Antraigues. ©Joseph Marando/CCAS

Moment de recueillement devant la tombe de Jean Ferrat. Une étape nécessaire pour ces passionné.es afin d’achever une sortie riche en émotions, instructive et tellement égayante. Lors de ses funérailles en 2010, « la Montagne » fut entonnée par le public, comme un vibrant dernier hommage.

Avant le départ, certain.es se recueillent à la mémoire de Jean Ferrat devant sa tombe. ©Joseph Marando/CCAS

Parmi les bénéficiaires, Maurice Razeau, retraité, s’est un peu plus attardé que les autres devant la tombe de Jean Ferrat. Heureux, comblé et ému à la fois par cette sortie. « J’ai eu la chance de le côtoyer en 1971, lors d’un arbre de noël organisé par la CMCAS Marseille. Et selon son souhait, c’est pour un franc symbolique qu’il nous offert un récital mémorable. »

C’est très ému et heureux que Maurice Razeau a vécu cette sortie. ©Joseph Marando/CCAS

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account