ITER en images

Les bâtiments de gauche à droite : usine à béton, bât des services, bât du chauffage radiofréquence ( la structure en acier pas terminée), hall d’assemblage (60 m. de haut) Devant le hall d’assemblage, les premiers niveaux du Complexe tokamak. Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le Complexe Tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le Bâtiment Tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le Bâtiment Tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion). Côté sud, le Bâtiment Diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le Complexe Tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le Hall d’Assemblage, de manière à ce que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du Tokamak. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

L’humanité pourra-t-elle un jour disposer, avec la fusion nucléaire, d’une source d’énergie inépuisable et non polluante ? La réponse à cette question sera, d’ici deux décennies, apportée par la machine ITER en cours de construction, dans le cadre d’une collaboration internationale, à Saint-Paul-lez-Durance. Reportage exclusif dans les Bouches-du-Rhône sur le chantier le plus complexe de l’histoire de l’énergie, récemment raccordé au réseau RTE.

Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le complexe tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le bâtiment tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le bâtiment tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion).

Côté sud, le bâtiment diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le complexe tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le hall d’assemblage, de manière que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du tokamak.

Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le Complexe Tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le Bâtiment Tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le Bâtiment Tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion). Côté sud, le Bâtiment Diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le Complexe Tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le Hall d’Assemblage, de manière à ce que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du Tokamak. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le Complexe Tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le Bâtiment Tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le Bâtiment Tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion). Côté sud, le Bâtiment Diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le Complexe Tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le Hall d’Assemblage, de manière à ce que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du Tokamak. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le Complexe Tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le Bâtiment Tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le Bâtiment Tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion). Côté sud, le Bâtiment Diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le Complexe Tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le Hall d’Assemblage, de manière à ce que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du Tokamak. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le Complexe Tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le Bâtiment Tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le Bâtiment Tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion). Côté sud, le Bâtiment Diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le Complexe Tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le Hall d’Assemblage, de manière à ce que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du Tokamak. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le cœur de la plateforme ITER (42 ha) est occupé par le Complexe Tokamak (7 niveaux dont 2 souterrains) dont les premiers niveaux commencent à émerger. Au centre de ce bâtiment de 440 000 tonnes, le Bâtiment Tokamak, qui abritera la machine. Côté nord, le Bâtiment Tritium, dans lequel sera géré et stocké le tritium (isotope de l’hydrogène qui constitue, avec le deutérium, le « combustible » d’ITER et des futurs réacteurs de fusion). Côté sud, le Bâtiment Diagnostics qui abrite tous les systèmes qui vont ausculter le plasma en temps réel. Quand le Complexe Tokamak aura atteint son 5e niveau, une structure métallique viendra prolonger le Hall d’Assemblage, de manière à ce que le pont roulant puisse positionner les pièces à assembler dans le « puits » du Tokamak. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Dix-huit colonnes massives, dressées sur le plancher de l’installation (lequel repose sur un système de protection parasismique), constituent la structure de support du bâtiment tokamak. Sur l’image, on se trouve entre le plancher et le deuxième niveau souterrain. Ces colonnes, fortement armées, se prolongeront sur une hauteur de 30 m.

18 colonnes massives, dressées sur le plancher de l’installation (lequel repose sur un système de protection parasismique) constituent la structure de support du bâtiment Tokamak. Sur l’image, on est entre le plancher et le deuxième niveau souterrain. Ces colonnes, fortement armées, se prolongeront sur une hauteur de 30 m. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

18 colonnes massives, dressées sur le plancher de l’installation (lequel repose sur un système de protection parasismique) constituent la structure de support du bâtiment Tokamak. Sur l’image, on est entre le plancher et le deuxième niveau souterrain. Ces colonnes, fortement armées, se prolongeront sur une hauteur de 30 m. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Grosso modo, 1 500 ouvriers, techniciens, ingénieurs sont mobilisés par l’ensemble du chantier. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée.

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg d’acier par m3.

Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg acier/m3. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg acier/m3. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg acier/m3. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Pile dans l’axe du plasma ! C’est dans le puits circulaire que la machine sera assemblée. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le seul complexe tokamak consomme chaque mois 300 à 500 tonnes de barres d’acier.

Le seul complexe Tokamak consomme chaque mois 3 à 500 tonnes de barres d’acier. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le seul complexe Tokamak consomme chaque mois 3 à 500 tonnes de barres d’acier. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Grosso modo, 1 500 ouvriers, techniciens, ingénieurs sont mobilisés par l’ensemble du chantier. Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg acier/m3. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Grosso modo, 1 500 ouvriers, techniciens, ingénieurs sont mobilisés par l’ensemble du chantier. Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg acier/m3. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Grosso modo, 1 500 ouvriers, techniciens, ingénieurs sont mobilisés par l’ensemble du chantier. Le ferraillage du béton atteint dans certaines zones des densités exceptionnelles. Alors que l’on compte en moyenne 200 à 250 kg d’acier par m3 de béton armé, on atteint dans certaines zones particulièrement stratégiques 600, voire 750 kg acier/m3. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

La contribution des membres d’ITER se fait principalement en nature. Les pièces et les systèmes de la machine et de l’installation sont fabriqués dans leurs usines sur trois continents et livrés sur le site d’ITER. Entre le port de Marseille Fos, où les pièces sont débarquées, et le site d’ITER distant d’une centaine de kilomètres, la France a aménagé un itinéraire (élargissement de routes, création de pistes, renforcement/reconstruction d’ouvrages d’art, etc.) permettant d’acheminer ces pièces dont les plus lourdes pèsent jusqu’à 600 tonnes, mesurent jusqu’à 10 m de haut et font 10 m de large.

Les dimensions des plus grosses bobines annulaires qui ceinturent la machine (Poloidal Field Coils, de 17 à 24 m de diamètre) ne permettent pas de les transporter par la route. Elles sont donc fabriquées sur place dans un vaste atelier de bobinage (257 m long).

La contribution des membres d’ITER se fait principalement en nature. Les pièces et les systèmes de la machine et de l’installation sont fabriquées dans leurs usines sur trois continents et livrées sur le site d’ITER. Entre le port de Marseille/Fos, où les pièces sont débarquées, et le site d’ITER distant d'une centaine de km, la France a aménagé un itinéraire (élargissement de routes, création de pistes, renforcement/reconstruction d’ouvrages d’art etc.) permettant d’acheminer ces pièces dont les plus lourdes pèsent jusqu’à 600 tonnes, mesurent jusqu’à 10 m de haut, 10 m de large. Les dimensions des plus grosses des bobines annulaires qui ceinturent la machine (Poloidal Field Coils, de 17 à 24 m de diamètre) ne permettent pas de les transporter par la route. Elles sont donc fabriquées sur place dans un vaste atelier de bobinage (257 m long). ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Les câbles supraconducteurs, gainés dans une jaquette d’acier, sont livrés sous forme de tourets pesant une vingtaine de tonnes et contenant environ 400 m de câble. La première opération consiste à dévider ce câble très rigide, à le nettoyer, l’envelopper d’un ruban de fibre de verre isolante, puis à le former à l’angle de courbure de la bobine. Sur cette table de bobinage, on va enrouler plusieurs spirales de câble qui constitueront des doubles galettes qui, une fois assemblées, formeront une bobine de 200 à 400 tonnes en fonction de son diamètre.

Les câbles supraconducteurs, gainés dans une jaquette d’acier, sont livrés sous forme de tourets pesant une vingtaine de tonnes et contenant environ 400 m de câble. La première opération consiste à dévider ce câble très rigide, à la nettoyer, l’envelopper d’un ruban de fibre de verre isolante, puis de le former à l’angle de courbure de la bobine. Sur cette table de bobinage, on va enrouler plusieurs spirales de câble qui constitueront des doubles galettes qui, une fois assemblées formeront une bobine de 200 à 400 tonnes en fonction de son diamètre. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Le câble supraconducteur est constitué de brins de cuivres et d’un alliage niobium-titane. Une fois refroidi à 4 K (4 kelvin), soit -269°C, par circulation d’hélium liquide (orifice au centre), cet alliage devient supraconducteur. Dans la machine ITER, 10 000 tonnes d’aimants supraconducteurs doivent être refroidis, ce qui a conduit à construire l’usine de production de froid la plus puissante du monde (Air Liquide).

Le câble supraconducteur est constitué de brins de cuivres et d’un alliage niobium-titane. Une fois refroidi à 4 K (4 Kelvin) soit moins 269°C, par circulation d’hélium liquide (orifice au centre) cet alliage devient supraconducteur. Dans la machine ITER, 10 000 tonnes d’aimants supraconducteurs doivent être refroidis ce qui a conduit à construire l’usine de production de froid la plus puissante du monde (Air Liquide). ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Une des deux tables de bobinage.

Une des deux tables de bobinage. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS

Une fois les doubles galettes individuellement imprégnées de résine isolante, elles sont empilées (de 6 à 8 en fonction de la taille des bobines), compressées et de nouveau imprégnées de résine. La bobine est alors finalisée, prête à être intégrée dans l’assemblage de la machine.

Une fois les doubles galettes individuellement imprégnées de résine isolante, elles sont empilées (de 6 à 8 en fonction de la taille des bobines), compressées et à nouveau imprégnées de résine. La bobine est alors finalisée, prête à être intégrée dans l’assemblage de la machine. ©E.Raz/CCAS

©E.Raz/CCAS


Lire aussi
iter-ccas [Long format] ITER : le chantier d’un nouveau Soleil


ico-itw-iter Entretien : « ITER est un défi scientifique et politique » (Bernard Bigot, directeur général d’ITER Organization)


0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account