Munster, la ballade des gens heureux

Atelier musical avec l’artiste M. Roux dans le cadre du partenariat Franco-educ/CCAS. ©Didier Delaine/CCAS

Le centre de Munster, en Alsace, a été choisi pour un partenariat inédit entre les Francofolies et la CCAS. Un artiste, Monsieur Roux, était invité pour montrer aux bénéficiaires le bonheur de vivre ensemble la musique.

« C’est un trou de verdure où chante une rivière. » Impossible de ne pas penser à ce vers d’Arthur Rimbaud lorsque l’on découvre Munster. Le silence se marie au murmure du ruisseau qui déverse sa tendre musique sur le centre. Mais depuis une semaine, une autre harmonie se dégage. Sa source : la guitare de Monsieur Roux et la voix des vacanciers.

Se rencontrer autour de la musique

Il est à peine 10 heures en ce jeudi matin, et pourtant, à l’accueil, au bar ou encore en cuisine, l’écho de l’enthousiasme se fait entendre. Le petit groupe formé autour de Monsieur Roux répète. Enfant, retraité, adulte, handicapé, ils sont tous animés par la même volonté : donner du plaisir au public qui viendra les écouter, ce soir, à 21 heures.

Ils se préparent depuis quelques jours avec Erwan Roux, artiste issu du Chantier des Francofolies. « J’ai noté les chansons que les bénéficiaires aimaient bien. Je ne voulais pas leur imposer mes goûts. » Dans le cadre de l’action Francos Éduc, l’artiste doit initier ses « élèves » à l’amour de la chanson française. Vianney, Boulevard des Airs, Téléphone, Kids United ou Alain Bashung, le concert de ce soir promet d’offrir un répertoire varié.

« Je n’avais jamais osé chanter, avoue Véronique, 40 ans. C’est la première fois que je me lance. » Elle a voulu tenter l’expérience avec son fils, Dorian, 11 ans. Ce dernier est plus habitué à la scène : « Je fais de la chorale et de la batterie. » Erwan est assez motivant pour désinhiber ces nouveaux chanteurs. Il est plus coach que professeur. « L’exercice est dur sur un centre de vacances. Si le temps est clément, les gens préfèrent aller à la piscine ou voir des amis », explique-t-il. Aline, 13 ans, est de nature timide mais elle veut bien être sous les projecteurs ce soir, aux commandes de son iPad : « Je n’ai jamais fait de musique, mais là, j’ai envie d’apprendre des choses avec Erwan. »

Aux alentours de 17 h 30, c’est la dernière répétition. Le concert sera acoustique. Les lumières brillent déjà, pour mettre les artistes du jour dans l’ambiance. La répétition devait initialement durer une heure, tout le monde sera finalement concentré pendant deux heures. Chacun sait que le moment de ce soir sera unique : « Si on est là, c’est pour partager, on ne va pas se produire dans un Zénith », ironise Philippe qui empruntera la guitare d’Erwan pour jouer Téléphone.

« On écrit sur les murs la force de nos rêves »

Ils ne vont pas écrire ce soir, mais chanter leur rêve. Et surtout, leur liberté. Ils se sont parés de leurs plus beaux vêtements pour briller sous les projecteurs. Monsieur Roux commence. Malgré son habitude de la scène, il est un peu tendu. Plus qu’un musicien, il est aussi un show-man qui aime provoquer le rire. « Ça a été difficile de trouver des chansons où il n’y avait pas trop de gros mots », confesse-t-il au public. Le ton est donné. Après ses compositions personnelles, il appellera les enfants artistes à chanter avec lui « la Banane » de Philippe Katerine. Provocation oblige.

Dorian mange sa banane au son de la guitare de Monsieur Roux © Didier Delaine / CCAS

Lali et Elsa sont les premières à se lancer seules. Les deux sœurs sont complices. Comme l’ensemble du groupe. Vivre une telle émotion rapproche. Un lien se crée avec le public au fil des chansons. Les bénéficiaires devenus artistes ont compris l’essentiel : partager et communiquer leur émotion. Les yeux de Fabrice brillent lorsque vient le tour de sa femme, Véronique, et de son fils, Dorian, qui chantent « Cendrillon ». « Le moment est assez exceptionnel et intemporel », confie-t-il.

Finalement, chanter ensemble n’est-il pas le meilleur moyen de donner vie aux valeurs défendues par la CCAS ? Partage, solidarité, don et dépassement de soi sont l’enseignement de la soirée. Après l’acclamation de la salle, Erwan choisira de terminer le spectacle par une note de joie, « la Ballade des gens heureux ».


Les Francos Éduc, action historique pour la chanson

Dispositif mis en place par les Francofolies de La Rochelle, les Francos Éduc sont une action menée dans les écoles depuis 1995. Des artistes issus du Chantier des Francofolies investissent une classe pendant une semaine, afin d’échanger sur la musique. Des compositions sont même créées avec les enfants. Développer les talents, favoriser le vivre-ensemble et la liberté d’expression sont quelques-uns des objectifs visés.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

10 − quatre =

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account