Bordeaux alternatif

Textes Frédérique Arbouet – Photos Joseph Marando

Le projet urbain baptisé Bordeaux 2030 devrait radicalement changer la physionomie de la ville. Mais un Bordeaux alternatif, citoyen et solidaire est en train de se développer. Et voit émerger de nouveaux usages.


De l’héritage monumental du siècle des Lumières à la vision contemporaine de la ville, de la naissance de nouveaux quartiers d’affaires aux friches industrielles, Bordeaux la bourgeoise se révèle aussi alternative, tandis que sa mue continue : construction de ponts, d’écoquartiers, nouvelles lignes de tramway et arrivée de la LGV, ligne à grande vitesse reliant Paris à Bordeaux en 2 h 5 dont la mise en service est programmée pour juillet prochain.

Déambulation urbaine / Métamorphose urbaine

Avec le tramway, on traverse le vieux Bordeaux. Ses façades XVIIIe siècle et leurs jeux d’ombre et de lumière défi lent. Bordeaux est une mosaïque de quartiers : le patrimoine historique côtoie la culture urbaine du street art qui s’expose sur les murs. Au loin apparaissent les grues des multiples chantiers des quartiers Bacalan et des Bassins à flot, qui rappellent le passé naval de la ville. Au fond du dernier bassin se trouve l’imposant vestige de la Seconde Guerre mondiale, la base sous-marine construite par les Allemands entre 1941 et 1943. Ce bunker aux dimensions gigantesques s’est converti en un espace culturel, qui accueille une programmation pluridisciplinaire ouverte aux artistes et à la création contemporaine (Avec sa prochaine exposition « Carte blanche à Romain Tardy », du 23 mars au 21 mai, la Base sous-marine se tourne vers les arts numériques). De démolitions en constructions nouvelles, ce secteur de friches industrielles et portuaires métamorphose un territoire urbain jusque-là oublié.

Voyage sonore

Réalisation sonore Frédérique Arbouet

Un garage culturel

Encerclé par les nouvelles constructions, le Garage moderne, cathédrale industrielle où l’on vient apprendre à réparer soi-même son véhicule, est un espace associatif, social et participatif de mécanique auto et vélo. Atelier mécanique et chantier d’insertion, ce lieu unique et singulier, qui se visite, s’adapte à l’évolution de son quartier en programmant des activités culturelles et en ouvrant, dès le printemps, son bistrot associatif.

Autre bastion de résistance

Dans des anciens abattoirs du XVIIIe siècle, classés aux monuments historiques, l’artiste Jean-François Buisson, figure emblématique de la scène culturelle bordelaise, a créé les Vivres de l’art, un pôle culturel transdisciplinaire, qui comprend des ateliers, une galerie, des résidences d’artistes, un jardin partagé et une place publique « réaménagée en ‘Open b’Art’ pour consommer librement et sans modération de l’art ».

Danser jusqu’au bout de la nuit

On ne quittera pas les Bassins à flot sans avoir fait le détour par l’I.Boat. Cet ancien ferry, haut lieu bordelais de la scène musicale indépendante, à la programmation éclectique, accueille dans ses différents espaces le public venu pour boire un verre, écouter un groupe de musique, se restaurer ou danser.

Lieux de vie partagée

Outils de proximité, deux bâtiments anciens, réhabilités par la Ville en lieu de vie et de valorisation d’initiatives, tissent du lien social.

La Maison écocitoyenne
Au bord de la Garonne, l’ancien bâtiment où les dockers venaient chercher chaque jour leur travail a été transformé en Maison écocitoyenne, en 2010. Innovante et inédite, elle sensibilise, informe et éduque au développement durable.

Le marché des Douves
Dans le quartier Saint-Michel, ce fleuron de l’architecture métallique du XIXe siècle s’est, en 2015, transformé, en concertation avec les habitants, en Maison de vie associative : marché aux idées, laboratoire de projets et d’initiatives. Ces deux espaces fédèrent les échanges interculturels et intergénérationnels.

La Cité du vin, incontournable

Certains y voient un « cep noueux de la vigne », d’autres, un « vin qui tourne dans le verre ou un remous de la Garonne ». L’architecture du bâtiment, imaginée par les architectes Anouk Legendre et Nicolas Desmazières, se révèle au paysage, au milieu des grues du quartier en chantier Bassins à flot, sa forme et ses courbes se reflétant dans la Garonne. Mondialement connue pour ses vins, Bordeaux a, depuis juin 2016, sa Cité du vin.
« Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles… » Les vers de Baudelaire servent d’introduction à l’atelier Le vin des écrivains, un des éléments du parcours que propose la Cité. Dans ce temple dédié à la culture du vin, tous les sens sont en alerte, au gré de vingt espaces thématiques, voyage géographique, historique, géologique, oenologique…
Et, du 17 mars au 21 juin, la Cité accueillera sa première exposition temporaire, « Bistrot ! De Baudelaire à Picasso. »

L’indispensable écosystème Darwin

Dans le quartier de la Bastide, installé dans l’ancienne caserne militaire Niel, Darwin est un lieu hybride alternatif dédié au développement économique responsable, à l’entrepreneuriat social, à la transition écologique et à l’activisme citoyen. Vitrine de l’économie créative bordelaise, ce laboratoire d’expérimentation sociale et écologique invente un nouveau modèle où capital et intérêt général cohabitent. Lieu de coworking, restaurant et épicerie bio, espaces associatifs, site permanent d’événements culturels et festifs, skatepark…
Darwin accueille chaque jour plus d’un millier de personnes. Ce lieu de vie hybride et insolite contribue à la richesse de la ville. Mais le développement exponentiel de la ville ne va-t-il pas mettre en péril ce lieu fertile en modèles de société coopératifs et résilients ?

En passant du statut de ville de province à celui de métropole européenne, ce Bordeaux alternatif parviendra-t-il à résister à un développement tentaculaire ? À préserver la cohésion sociale de ses nouveaux quartiers…

Infos pratiques

Le centre d’Arès
Le centre de vacances d’Arès se trouve à 40 minutes environ du centre de Bordeaux. Situé sur le bassin d’Arcachon, il bénéficie d’un microclimat à la douceur exceptionnelle et d’une lagune, retenue d’eau de mer, qui attire toutes sortes d’oiseaux. Sur le centre de vacances, une partie baignade a été aménagée. Une campagne de travaux, actuellement en cours, donnera le jour à une salle de restauration, un bar et plusieurs salles d’activité.

Bon à savoir

Dès cet été, le centre proposera un accueil en demi-pension et pension complète ainsi que l’accueil de groupes, séminaires, formations…

CMCAS Gironde
8, rue Aristide-Bergès
BP34, domaine de la Jacquotte, 33270 Floirac

Tous les centres de la région sur ccas.fr

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    Qui sommes-nous ?    I    Plan du site    I    CCAS ©2018

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account